Home » SANDRINE ET LAMOUR VRAI - by Michele Abramoff
SANDRINE ET LAMOUR VRAI - Michele Abramoff

SANDRINE ET LAMOUR VRAI -

Michele Abramoff

Published April 19th 2015
ISBN :
Kindle Edition
155 pages
Enter the sum

 About the Book 

RésuméEn butte pendant son enfance aux humiliations infligées par une sœur plus grande, Sandrine manque de confiance en elle. Sa vie sentimentale est un désert. Une suite d’aventures brèves et sans intérêt. Et dans son travail, ça ne va guère mieux.MoreRésuméEn butte pendant son enfance aux humiliations infligées par une sœur plus grande, Sandrine manque de confiance en elle. Sa vie sentimentale est un désert. Une suite d’aventures brèves et sans intérêt. Et dans son travail, ça ne va guère mieux. Employée dans une grande maison d’édition, elle fait du surplace. Pourtant très consciente de ses capacités à réussir (sa vie de femme aussi bien que sa vie professionnelle), elle ne parvient pas à les faire reconnaître par les autres.Jusqu’à ce qu’un jour…Extrait« Franchement, Sandrine nétait pas fanatique des restaurants japonais. Les sushis, les makis, les soupes clairettes, le wasabi, toutes ces nourritures exotiques ne l’emballaient pas. Elle nen était pas moins follement heureuse dêtre ici, dans ce restaurant bon marché détudiants, assise en face dun garçon incroyablement attachant. Il laurait emmenée manger un hot-dog sur un banc de square, elle aurait passé une soirée tout aussi délicieuse.Coup de foudre (peut-être suivi dun feu de paille) ? Grand amour ? En tout cas, elle navait jamais connu un pareil embrasement. Le garçon qui était devant elle, si charmant, si plein dattentions, si beau, si vivant, si intelligent, si... tout, elle en était sûre, cétait celui qui lui était destiné, lhomme de sa vie.(…)La nuit qui suivit fut tout aussi merveilleuse. David savait comment une femme est faite, il savait comment lui faire partager son plaisir. Sandrine découvrait ce que cétait que léchange, la véritable communion physique avec un homme. Le poids de son corps sur elle, la douceur de sa peau humide et tiède, son odeur légèrement musquée.(…)Quand, le lendemain matin, Sandrine franchit le seuil de son bureau, elle était devenue une autre femme. Une femme épanouie, totalement vivante. Pour la première fois – sensation inouïe – elle avait une perception aiguë de son propre corps, elle se sentait palpiter dedans.Mais, plus fort que tout, il y avait ce sentiment daccord profond avec son environnement. Le monde était si beau, si parfait, si évident ! Tout lui était proche, amical. Elle était le platane centenaire de la cour, elle était ce chat qui s’étirait voluptueusement sur le rebord d’une fenêtre, cet oiseau qui pépiait sur sa branche, ce brin d’herbe penché sous un léger souffle… Cétait comme si lhomme quelle aimait lui avait transmis son énergie, sa lumière, son amour de la vie.Alors cétait ça, le bonheur ? Le bonheur dont tout le monde rêve, que tout le monde cherche ? Cétait cet état de plénitude, dexultation, ce nirvana sans alcool et sans drogue. ?Mais, comme avec une drogue, le nirvana atteint par Sandrine fut suivi dune « descente » assez rude. Le lendemain, elle attendit vainement un signe de son amant. Toute la journée, elle exécuta machinalement ses tâches habituelles, lesprit ailleurs, suspendue à la petite musique de son smartphone. »